9. Le Festival Panafricain d’Alger (21-27 juillet 1969)

L'une des affiches du festival

L’une des affiches du festival

[247] En juillet 1969, le Festival Panafricain d’Alger invite, parmi de nombreux représentants des arts et des mobilisations anti-coloniales des pays d’Afrique, une importante délégation africaine-américaine. Plusieurs dizaines d’artistes, d’intellectuels et de membres d’organisations africaines-américaines (notamment du Black Panther Party) s’y rendent. Parmi les musiciens : Chicago Beau, Lester Bowie, Dave Burrell, Julio Finn, Malachie Flavors, Burton Greene, Philly Joe Jones, Jeanne Lee, Hank Mobley, Grachan Moncur III, Sunny Murray, Archie Shepp, Nina Simone, Clifford Thortorn, Randy Weston…

A leur retour, une grande partie de ces musiciens fait une escale à Paris pour réaliser une série de séances d’enregistrements produites par Jacques Bisceglia et Claude Delcloo. Delcloo avait lancé en 1967 un fanzine de free jazz et d’art contemporain, Actuel, bientôt repris par Jean Georgakarakos et Jean-Luc Young, fondateurs du label BYG Records. Désormais nommé BYG/Actuel, le label enregistre au début de l’été 1969 l’Art Ensemble of Chicago, passé par Paris avant de se rendre à Alger. Delcloo et Bisceglia (photographe) s’y rendent aussi pour quelques enregistrements et, surtout, « ramener » un maximum de musiciens à Paris pour de nombreuses séances de studio – les formations varient d’une séance à l’autre et chacune est dirigée par l’un ou l’autre alternativement, tous ces musiciens ayant rarement l’opportunité de se trouver si nombreux au même endroit. 35 disques sont édités, certains comprenant quelques-uns des free jazzmen français.

Lors du Festival, William Klein a tourné un documentaire centré sur l’effervescence révolutionnaire et culturelle de l’événement. On y voit et entend, entre autres, Archie Shepp, Clifford Thorntorn et Alan Silva improviser avec « des musiciens algériens » (jamais aucun document ne les nommant individuellement) et le poète Ted Joans énoncer l’émotion politique de l’événement en s’exclamant « We are first African… We are come back » - à 32mn35 (Festival panafricain d’Alger, 1969, 35mm, 110mn). L’enregistrement de cette prestation, accompagnée de deux séances de studio avec notamment la chanteuse Jeanne Lee, a été édité par BYG/Actuel (n°2) dès 1969.

Ils sont signés : Don Cherry, Art Ensemble Of Chicago, Sunny Murray, Archie Shepp, Daevid Allen, Claude Delcloo and Arthur Jones, Michel Puig, Burton Greene, Jimmy Lyons, Alan Jack, Alan Silva, Paul Bley, Acting Trio, Anthony Braxton, Andrew Cyrille, Joachim Kuhn, Jacques Coursil, Dave Burrell, Grachan Moncur III, Kenneth Terroade, Clifford Thornton, Ame Son (groupe pop dirigé par Daevid Allen), Freedom, Musica Elettronica, Pierre Mariétan et Terry Riley, Dewey Redman, Frank Wright, Sonny Sharrock, Archie Shepp and Full Moon Ensemble, Sun Ra, Alan Silva’s Celestial Communications Orchestra, Arthur Jones, Steve Lacy, Gong (groupe pop). Parmi les musiciens de free jazz français, outre Delcloo, Puig et Coursil : Bernard Vitet, Roger Guérin, Jacques Thollot, Michel Grailler, Aldo Romano, Jean-François Jenny-Clarke.

Cet épisode fait événement dans la mesure où l’avant-garde étatsunienne se retrouve en bloc à Paris, qu’elle est mise en contact avec les musiciens français, et qu’une partie s’installe durablement (une ou quelques années, voire définitivement) en France 1. Dans le même temps, la disponibilité d’une masse de disques de free jazz, labellisée Actuel juste avant que le magazine soit repris par Jean-François Bizot pour devenir le principal périodique « contre-culturel » des années 1970, contribue à installer le free jazz dans la nébuleuse contre-culturelle et à soutenir ainsi le développement de ses circuits de programmation en province dans les festivals et les réseaux d’animation et d’action culturelle.

William Klein évoque ici les malentendus avec les organisateurs algériens à propos de son tournage.

  1. Alan Silva, Sunny Murray, Steve Lacy et Don Cherry sont les musiciens de jazz les plus programmés en France dans la première moitié des années 1970 – les trois premiers s’installent définitivement en France, le quatrième quelques années, avant de s’installer définitivement en Suède. Burton Greene et Randy Weston séjournent durablement à Annecy en lien avec Annecy Jazz Action. Etc.