2. Les premières chansons « juvéniles » (1939, 1941)

[167] Les chansons « swing », inaugurées par Johnny Hess en 1939, s’adressent très explicitement à la jeunesse scolarisée alors en forte croissance numérique. En voici deux exemples.

Johnny Hess (interprète), André Hornez (auteur), Glykson (orchestre), Je suis swing, Polydor 524672, 1938

La musique nègre et le jazz hot
Sont déjà de vieilles machines.
Maintenant pour être dans la note
Il faut du swing.
Le swing n’est pas une mélodie
Le swing n’est pas une maladie
Mais aussitôt qu’il vous a plu
Il vous prend et n’vous lâche plus.

Je suis swing, je suis swing
Da dou da dou da dou da dou dé yeah
Je suis swing, oh je suis swing.
C’est fou, c’est fou c’que ça peut griser.
Quand je chante un chant d’amour
J’le pimente d’un tas de petits trucs autour
Je suis swing, je suis swing
Za zou za zou c’est gentil comme tout.

Afin d’chanter à l’Opéra
J’allais voir le directeur
J’voulais chanter la Traviata
En ré majeur.
Il m’a d’abord interrogé :
« Est-ce que vous êtes ténor léger
Basse chantante ou baryton?  »
J’ai répondu : « Ah! Mais non!

Je suis swing, je suis swing
Da dou da dou da dou da dou dé
Je suis swing, oh je suis swing.
C’est fou, c’est fou
C’que ça peut m’griser.
Quand je chante un p’tit refrain
J’épouvante la concierge et les voisins
Je suis swing, je suis swing
Da dou da dou je suis heureux comme tout »

J’ai pour maîtresse Béatrice
Je suis le père de son enfant,
Avec Simone j’ai deux fils
En un rien d’temps.
Le mois dernier avec Zouzou
J’ai eu quatre enfants d’un seul coup.
C’est pas que je le fasse exprès
Seulement qu’est-ce que vous voulez…

Je suis swing, je suis swing
Da dou da dou da dou da dou dé yeah
Je suis swing, oh je suis swing.
C’est fou, c’est fou
C’que ça peut m’griser.
Un spirite me l’a révélé
C’est le rythme qui fait ainsi m’emballer.
Ouah, je suis swing, je suis swing
Da dou da dou da dou
Je m’amuse comme un fou.

Fred Adison et son orchestre (interprètes), Syam et Pierre Lotéguy (paroles), Henri Bourtayre (musique), Le Swing à l’école, Pathé, 1941 (la chanson commence à 0mn52)

Toto, tu es le dernier à l’école
On dit qu’au lieu d’étudier, tu rigoles
Non, papa, je suis sérieux
Mais les d’voirs sont ternes
Alors, j’invente un peu
Moi, je suis moderne
Tu connais pas ça ?
Ben voilà

A l’heure de la récréation
On apprend le swing en cadence
Ça vaut toutes les récitations
La grammaire et l’Histoire de France
On ne sait plus si Richelieu
Etait fabricant de sandales
Mais on sait, ça vaut beaucoup mieux
Faire le swing à la communale
Philippe-Auguste et Pythagore
Ont-ils fait le trafic de l’or ?
Jeanne Hachette et Richard Lenoir
Ont-ils créé le marché noir ?
On s’en tamponne les amygdales
Dans les lycées, dans les pensions
C’est pareil qu’à la communale
On fait le swing, swing, swing, swing
Le swing à la récréation

On t’a donné des leçons de musique
Toto, tu avais des dons magnifiques
Papa, je suis bien certain
Que tu vas comprendre
Les grands trucs à la Chopin
Sont durs à apprendre
Et puis, ces messieurs sont vieux jeu

A l’heure de la récréation
On apprend le swing en cadence
Ça vaut toutes les méditations
Les sonates, les contredanses
Les œuvres des grands musiciens
On les oublie, c’est un scandale
Mais, par contre, on sait vraiment bien
Faire le swing à la communale

Il faut surtout bien savoir l’orthographe
Toto, c’est là ton devoir, pas de gaffes
Papa, je vais t’épater, j’écris «aspirine»
Avec un «h» aspiré comme dans usine
N’est-ce pas qu’ c’est bien, mais ce n’est rien

A l’heure de la récréation
On apprend le swing en cadence
Ça vaut toutes les déclinaisons
Les verbes et leurs conséquences
Faut pas oublier, cependant
Tous les pluriels des mots en «al»
On chante, on répète en dansant
Notre swing à la communale

Un «harical», des haricots !
Un «godillal», des godillots !
Un «ragout d’ val», des ragouts de veau !
Un vieux «chamal», des vieux chameaux !
Oh oh…
C’est une année phénoménale
Dans les lycées, dans les pensions
C’est pareil qu’à la communale
On fait le swing, swing, swing, swing
Le swing à la récréation